Bien arroser son jardin : 5 méthodes passées au crible

Lisez également

Votre gazon fait grise mine ? Votre potager se meurt ? Comme chaque été, le soleil, la chaleur et la sécheresse ont raison de vos efforts de jardinage. Pour ne plus assister impuissant au trépas de votre jardin, un bon système d’arrosage s’impose. Manuelle ou automatique, diffuse ou chirurgicale, choisissez la méthode adaptée à votre terrain. Focus sur 5 techniques d’arrosage du jardin.

L’arrosage manuel pour les petites surfaces

Pratiqué depuis la nuit des temps, l’arrosage manuel constitue la technique la plus utilisée. Comme dans les temps anciens, cette méthode suppose que vous transportiez vous-même l’eau de sa source (ou du robinet), jusqu’aux plantes à abreuver. Le transport s’effectue au moyen de n’importe quel contenant, généralement un seau ou un arrosoir.

Si la distance à parcourir est conséquente ou que vous ne souhaitez pas porter l’eau, le tuyau d’arrosage constitue un bon investissement. Un tuyau classique se termine par une lance. Vous pouvez cependant lui installer un pistolet ou un embout percé pour une utilisation plus confortable. L’eau peut alors être projetée sur plusieurs mètres, pour les systèmes les plus puissants.

L’arrosoir ou le tuyau d’arrosage sont adaptés pour les petites surfaces. De plus, cette surface doit être attenante à votre habitation pour bénéficier de l’eau courante. C’est toutefois la méthode d’arrosage qui demande le moins d’investissement puisque n’importe quel contenant peut être utilisé. Elle requiert cependant du temps et de l’effort physique.

L’arrosage automatique aérien pour une utilisation sans contraintes

L’arrosage automatique aérien, d’abord étiqueté comme une installation pour les « riches », s’est aujourd’hui fortement démocratisé. S’il abreuve encore de nombreux parcs publics, ce type d’arrosage s’utilise aussi pour les gazons et parterres des particuliers.

Si les technologies d’arrosage automatique sont multiples, les arroseurs sont les formes les plus connues. Ce petit appareil se relie au tuyau d’arrosage ou directement à l’arrivée d’eau. Programmé, il envoie ensuite l’eau par aspersion.

Pratique, l’arrosage automatique se révèle une solution de choix dès que votre terrain dépasse les 2 à 3 ares. Sa surface de distribution est généralement circulaire ou rectangulaire. Attention donc si votre terrain n’a pas une forme régulière, certaines parties pourraient ne pas recevoir d’eau.

Ces arroseurs distribuent l’eau de manière homogène. Certains s’équipent d’embouts spéciaux permettant une diffusion en bruine. Malheureusement, ces équipements arrosent aussi les parties aériennes des plantes, ce qui peut favoriser les moisissures.

L’arrosage enterré pour un jardin esthétique

Parfois appelé « arrosage intégré », l’arrosage enterré était encore réservé aux initiés au début du siècle. Vanté pour ses qualités esthétiques, ce type d’arrosage se décline aujourd’hui pour tous les types de jardins.

S’il a l’avantage d’être particulièrement discret, l’arrosage intégré nécessite l’appui d’un professionnel pour son installation. En effet, ce type d’arroseur doit être programmé et relié à des canalisations. Ce réseau de canalisations apporte l’eau aux asperseurs. Elle est ensuite délivrée aux plantes selon la programmation établie.

Très prisée dans les jardins paysagers, cette forme d’arrosage demande un investissement conséquent. Le matériel et le recours à un paysagiste ont un coût non négligeable. L’utilisation demande également un entretien régulier pour éviter fuites et détériorations. Un investissement pour l’esthétique, mais un poids pour les finances.

L’arrosage goutte-à-goutte pour une dépense maîtrisée

L’arrosage goutte-à-goutte est aussi appelé « arrosage par micro-irrigation ». Cette technique très précise s’invite de plus en plus dans vos jardins.

Anciennement créée en système D par des trous percés dans une gaine, la technique de l’arrosage goutte-à-goutte se veut plus professionnelle. Installé par une personne de métier, ce système est un subtil réseau de tuyaux microporeux qui délivrent de l’eau directement aux racines des plantes.

Très économique en ce qui concerne l’utilisation de l’eau, l’arrosage goutte-à-goutte est également apprécié pour éviter le développement des mauvaises herbes. Cerise sur le gâteau, en délivrant l’eau à la racine, l’arrosage goutte-à-goutte évite aussi les moisissures sur les feuilles.

La technique du goutte-à-goutte s’utilise principalement dans les massifs de fleurs, les potagers ou les jardinières. Elle se révèle nettement moins adaptée aux gazons et autres prairies. Sur les grands terrains, l’installation de cette technique demande un investissement significatif.

Le gel d’arrosage pour la praticité et l’écologie

Le gel d’arrosage fait figure de petit nouveau. Cette eau gélifiée permet d’arroser de façon précise et durable toutes sortes de plantes. Découverte.

Qu’est-ce que le gel d’arrosage ?

Le gel d’arrosage est parfois appelé eau gélifiée ou gel hydrorétenteur. Ce gel s’obtient en mélangeant de l’eau avec du polyacrylate de potassium en poudre. Ce polymère a la capacité de retenir 500 fois son poids en eau. Le gel est alors composé de 98 % d’eau et de 2 % de polymère. Il se place au pied des plantes et distribue progressivement sa matière liquide. Il est à noter que ce gel, qu’il soit à base de cellulose ou de polymère, est entièrement biodégradable.

Comment fonctionne le gel d’arrosage ?

Le fonctionnement du gel hydrorétenteur est très simple. Contenu dans une poche, le gel est déposé directement sur la terre. Là, au contact des micro-organismes, le gel reprend peu à peu sa forme liquide. Le processus est lent afin d’offrir une hydratation et une nutrition continue à la plante.

Si la plante reçoit de l’eau par la pluie ou par un arrosage, le gel capture l’excédent. La terre reste ainsi toujours humidifiée, mais sans risque de noyer les plantes.

Pourquoi utiliser du gel d’arrosage ?

Avec son système révolutionnaire, le gel d’arrosage convient à de nombreuses utilisations : plantes d’intérieurs, jardinières, parterres, potager, arbres, etc. Mais ses avantages résident avant tout dans sa praticité puisque le système est autonome et utilisable toute l’année.

Le gel hydrorétenteur est idéal lorsque vous ne pouvez pas arroser vos plantes durant une longue période. Cette eau gélifiée constitue aussi un produit intéressant l’été, lorsque le soleil est omniprésent. Son usage réduit fortement le phénomène d’évaporation limitant alors le gaspillage d’eau, mais aussi d’argent.

Les systèmes d’arrosage sont aujourd’hui nombreux. Manuels, aériens, enterrés ou spécialisés, ils répondent tous à des besoins différents. Jardin à la française, à l’anglaise, jardin fleuri ou jardin potager, votre création trouve un système d’arrosage adapté. Cependant, quel que soit votre choix, rappelez-vous qu’une plante se remet bien mieux d’une sécheresse que d’une noyade.

Sur le même sujet

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Merci d'entrer votre nom

Derniers articles

Choix du consentement

şehirler arası nakliyat